Beckman Plasticien

Retour à la liste

Ajouté le 2 janv. 2007

DEAUVILLE


Article parut dans le magazine LE POINT

La fromagerie-galerie de Tourgéville
« Regardez, il reste quelques carreaux de carrelage blanc crème. Ils datent de la fromagerie ! » sourit Alain Forget, 50 ans, en arpentant les couloirs de sa galerie-restaurant de Tourgéville. En 1994, ce producteur de films d'entreprise et de spots publicitaires (Total par Costa-Gavras, Gini avec Gainsbourg, Perrier avec Guillermo Villas...) tombe malade à Deauville. Un mois de repos forcé pour ce voyageur impénitent. Mais aussi un mois de réflexion : « J'hésitais entre le Berry et l'Afrique du Sud. J'ai choisi de me fixer à Deauville en découvrant une région qui bougeait. »
A Tourgéville, Alain Forget s'entiche d'une usine en vente : une ancienne fromagerie du groupe Bridel-Lactalis. « Un bâtiment austère de l'extérieur mais un vrai loft à l'intérieur, avec une immense galerie de 1 000 mètres carrés. » Quelques trompe-l'oeil sur les murs, une cheminée ronde, des colonnes percées : « Toutes idées que j'ai glanées au cours de mes voyages. »
Concept de base : il organise des expositions aux thèmes multiples avec un salon de thé, qui deviendra vite un restaurant renommé. « En mars, la direction du Plaza-Athénée nous a envoyé une lettre de félicitations après un séminaire sur place. » Aux clients individuels s'ajoutent en effet, entre autres, le groupe de BTP Vinci ou le laboratoire Clarins. « Pour les expos, je pars au coup de coeur en déclinant un thème : l'orientalisme peut conduire à l'Afrique du Nord, puis au désert. »
En pays d'Auge, le thème de base reste le cheval. Avec des déclinaisons : les ânes jusqu'au 13 septembre. Et retour au cheval à partir du 18 septembre. Peintures, sculptures en bronze, métal ou bois, Alain Forget s'est fixé un grand principe : « Pas un artiste ne vient à Tourgéville sans que j'aie visité son atelier. »
© le point 09/09/04

 


Créé avec Artmajeur